Commune de Roeser

Accueil > La commune > Historique

Historique


La préhistoire

Roeser_Birdview_7_of_64_-_Roeser.jpgLa vallée de Roeser est déjà peuplée à l'âge de pierre, comme le démontrent de nombreuses trouvailles archéologiques. Des outils en pierre, comme desmarteaux, des haches et des armes en silex prouvent que cette région est habitée par quelques peuplades quatre mille ans avant notre ère.
Lors de l'âge du bronze, vers 1200 avant J.-C., des vestiges archéologiques près de Peppange témoignent d'un art de vie plus cultivé.

L'âge de fer connaît un peuplement plus dense et la vallée est habitée par des tribus trévériennes. En même temps se développe l'activité commerciale, comme le prouvent des trouvailles de monnaie datant de cette époque.

Les Romains

Vers 53 avant J.-C., Jules César arrive dans nos régions et amène avec lui la civilisation romaine. C'est la fin de la civilisation celtique, jusque là dominante dans la vallée de l'Alzette, et le début d'une civilisation beaucoup plus cultivée et pleine de raffinement: celle des Gallo Romains. Les traces d'au moins cinq villas de dimensions fort considérables révèlent que notre région était aux abords de la grande route romaine qui reliait Rome aux provinces germaniques.

Le Moyen Age

Presentation_Armoiries.gifCette civilisation gallo romaine survit jusqu'au Haut Moyen Age. Mais les grandes invasions barbares des 5e et 6e siècles amènent les Francs qui sont des paysans guerriers libres et sans la moindre culture de vie. Sous leur domination le commerce s'écroule, mais l'agriculture connaît une nette amélioration. Le régime des villages est introduit dans la vallée de l’Alzette en même temps que la christianisation, répandue par des moines irlandais, venus en mission. Des tombeaux mérovingiens près de Bivange datent de cette époque, de même que la construction d'une première église à Roeser.

Au 7e siècle apparaît pour la première fois le nom de "Roeser" dont l'origine etymologique est "Ros" ou "Ross" ce qui peut signifier "rose" ou bien "marécage", "étang".

Au 13e siècle, les seigneurs de Rosière possèdent la quasi-totalité de la vallée et l'extinction de cette famille provoque la fragmentation féodale de ses possessions. Plusieurs familles nobles se disputent et se partagent finalement la domination sur les villages de la vallée de Roeser ou du "Roeserbann", comme elle est désormais appelée. En 1479, la famille des Rodenmacher réussit à s'imposer et à se maintenir au pouvoir jusqu'en 1795, date de l'arrivée des troupes révolutionnaires françaises.

Du 16e au 18e siècle

DSCN3816.JPGLes 16e et 17e siècles sont marqués par les grandes épidémies meurtrières et les guerres dévastatrices. La peste exige son tribut plusieurs fois de suite à partir de 1518 et les guerres, surtout la Guerre de Trente Ans (1618-1648), diminuent fortement cette population affaiblie et affamée. La guerre, par suite des dévastations causées par le passage des troupes incendiant et pillant tout sur leur route, est suivie de disettes et la vallée de Roeser, vers la moitié du 17e siècle, a perdu plus de 50% de sa population comme le montrent les dénombrements de feux de ces années. La paix, établie en 1648 par le Traité de Westphalie, n'est que provisoire pour notre région. Les guerres de conquête de Louis XIV de France ne laissent pas respirer la population et en 1684, le maréchal français Créqui chasse les habitants des villages pour les envoyer à Thionville et à Longwy pour quatre mois. Bivange est totalement incendié, les autres villages pillés et partiellement détruits.

Le règne de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, duchesse de Luxembourg, apporte enfin la paix tellement souhaitée à partir de 1740. L'agriculture reprend son essor et le premier cadastre pour Roeser est établi en 1768, permettant un recensement complet des possessions pour des fins fiscaux.

En 1798, la vallée de Roeser est conquise par les troupes révolutionnaires de la Première République Française. C'est la fin de l'Ancien Régime et du système féodal dans notre pays. François Blouet, issu d'une vieille famille du "Roeserbann", devient le premier bourgmestre de Roeser. La région connaît maintenant un régime politique unitaire. L'église souffre lourdement sous ce nouveau régime: les prêtres sont persécutés, les biens ecclésiastiques sont confisqués et mis en adjudication, la célébration du culte est défendue.

Le 19e siècle

La fin du 19ième siècle apporte de grandes nouveautés pour la vallée de l'Alzette: c'est la construction du chemin de fer Guillaume-Luxembourg et la translation de la gare de Fentange, difficilement accessible pour les gens du Roeserbann, à Berchem-Bivange en 1876. La construction de cette nouvelle station pose comme condition l'aménagement d'un chemin de raccordement entre Berchem-Bivange et Roeser-Crauthem. Le seul chemin reliant jusque là les deux parties de la commune, est en mauvais état, souvent inondé et hors des villages, ce qui fait qu'il n'existe guère de contacts entre les villages des deux rives de l'Alzette qui forment la commune de Roeser. Avec le nouveau chemin de raccordement, les villages se rapprochent et des contacts s'établissent lentement entre leurs habitants. La construction du chemin de fer donne également la possibilité d'accéder rapidement à la capitale ou au centre sidérurgique du pays, situé au sud du Roeserbann. C'est ainsi qu'une population ouvrière se mélange lentement avec la population paysanne, jusque là largement dominante.

En 1879 naît à Bivange Edward Steichen, qui émigre vers les Etats Unis avec sa famille et qui apprend le métier de photographe pour devenir un des artistes les plus célèbres dans ce domaine. Ses photos sont mondialement connues et les plus grands personnages de la vie politique et culturelle le considéraient comme un honneur d'être photographiés par Steichen. Edward Steichen n'a jamais oublié son village d'origine et l'a visité en 1965 à l'occasion d'un voyage en Europe.  Mort en 1973, ce fils célèbre du Roeserbann est honoré par une plaque commémorative, inaugurée en 1983, et une rue à Bivange portant son nom.

Vers la même date est fondé le monastère des soeurs bénédictines à Peppange. Ce monastère est célèbre par ses fresques peintes par des élèves du monastère Maria Laach en Allemagne. Peu après sa fondation, ce monastère, suite à un très grand nombre de novices, doit être agrandi suivant les plans de l'architecte et peintre luxembourgeois très connu Sosthène Weis.

Le 20e siècle

Presentation_Monument.jpgLes deux guerres mondiales (1914-1918 et 1939-1945) pèsent lourdement sur la population de la commune de Roeser qui doit quitter les villages, à cause de leur situation dans le glacis de la ligne Maginot. La persécution par les Allemands, la levée forcée de jeunes recrues luxembourgeois et la déportation font de nombreuses victimes qui sont annuellement commémorées et dont le monument rappelle les sacrifices pour la patrie.

Après la libération de la commune de Roeser en 1945 par les Américains, la paix s’installe durablement jusqu’aujourd’hui et donne la possibilité à la commune de s’épandre et de fleurir.